Pourquoi mettre toujours le poids du corps de l’entreprise sur l’expertise technique ?

23 novembre 2021

Interview de Florence Cathala, associée fondatrice d’overthemoon le 21/07/21

Cela fait 25 ans que j’observe toujours avec autant de délice, cette culture française de la « magie ». Mettons-nous d’accord : j’associe au mot “magie” le champ de l’expertise technique. L’expertise métier, le sachant, les systèmes technologiques…

À l’occasion d’un projet de transformation, un dirigeant partagea avec moi ce constat :

« Je comprends au travers de notre expérience combien je suis passé à côté du sujet depuis 30 ans… J’ai toujours investi 95% dans le “dur” ( i.e la magie) et les miettes dans le reste, c’est à dire l’humain au sens de son action collective »

Quand nous pitchons ce que nous faisons – développer la performance collective par une meilleure action collaborative -, on nous répond systématiquement “vous devez avoir du travail”…

Eh bien nous en avons, mais pas du tout à la hauteur de ce que cela pourrait être ! Et pour cause !

Le fonctionnement collectif est un investissement intangible… Il ne s’amortit pas et il est peu palpable pour la majorité des dirigeants. Il est vécu comme une charge et non comme un asset au même titre qu’un outil technologique.

Il est pourtant le système qui permet de tirer la quintessence de l’investissement technique ou technologique.

Miser sur le collectif et son intelligence non artificielle :

Investir dans le développement de pratiques collectives implique d’avoir compris ce qui relie performance collective et performance économique.

On entre là dans le domaine vaste et très complexe du management.

La croyance managériale du dirigeant est encore majoritairement dominée par l’obéissance et la lobotomisation (je sais ce qu’il faut faire, alors fais-le et bien !)

L’intelligence collective implique une responsabilisation qui remet en cause la croyance personnelle du rôle de manager.

Enfin, les systèmes de mesure intègrent rarement les indicateurs avancés permettant de comprendre et d’agir sur les leviers de l’action collective. On préfère changer des joueurs de l’équipe ou l’entraineur avant de se donner le temps de comprendre et de construire un collectif.

J’ai passé 10 ans à vivre un état de connivence collective qui nous a menés au sommet de notre art dans une équipe chargée de développer un business à l’international.

Ce sont ces dix années qui m’ont amené à poursuivre ce plaisir en transmettant des savoir-faire, méthodes, outils aux équipes de nos clients. (Oui, le fonctionnement collectif se construit avec des méthodes, des gestes clés et de l’entrainement).

Alors messieurs les dirigeants… Amusez-vous à identifier dans votre entreprise les équipes qui surperforment pour comprendre leurs secrets en les comparant à celles en difficulté… Vous risquez d’être très surpris et d’apprendre !

Je vous souhaite une bonne chasse aux bonnes pratiques !

Newsletter

Prolongez la réflexion en vous abonnant à la newsletter overthemoon, le rendez-vous mensuel du collaboratif

Nos autres réflexions du moment
Idées
On a tous besoin d’un cadre de travail

Depuis la démocratisation du télétravail, c’est parfois la Bérézina dans les entreprises. Quand on organise une réunion, on ne sait plus qui sera là ou pas, entre ceux qui sont venus au bureau, ceux qui sont en télétravail et connectés à distance, ceux qui sont absents… Où est donc passé notre cadre de travail ? Il y a urgence à se saisir de cette question, comme nous l’explique Catherine Destriteaux, associée fondatrice d’overthemoon.