Idée reçue n°1 : l’intelligence collective, ça fabrique du consensus

PARTAGER

26 avril 2022

Par Florence Cathala, présidente d’overthemoon

« Nous n’avons rien à proposer parce que nous ne sommes pas parvenus à un consensus »… Cette phrase, je l’ai entendue récemment lors d’une réunion que j’animais en vue de la construction d’un projet managérial. Au-delà du seul constat d’échec, ces quelques mots m’ont rappelé à quel point les entreprises sont obsédées par le consensus, considéré comme le Graal d’une collaboration performante. 

De fait, bon nombre d’équipes qui s’engagent dans une démarche d’intelligence collective l’assimilent initialement à un processus de création du consensus et cherchent autant que possible à contourner les controverses, ces pénibles grains de sable dans les rouages de la coconstruction. Je pense que c’est se tromper à la fois d’objectif et d’ennemi.

Et c’est là le véritable objectif d’une démarche d’intelligence collective ! Tout l’enjeu d’un processus de coconstruction est en effet d’amener celui qui porte la responsabilité d’un chantier à décider – même quand il n’y a pas consensus ! –  et à le faire avec la pleine confiance de l’ensemble des acteurs qui l’ont aidé à faire son choix par la pluralité des points de vue apportés. »

Newsletter

Prolongez la réflexion en vous abonnant à la newsletter overthemoon, le rendez-vous mensuel du collaboratif

Nos autres réflexions du moment
Idées
On a tous besoin d’un cadre de travail

Depuis la démocratisation du télétravail, c’est parfois la Bérézina dans les entreprises. Quand on organise une réunion, on ne sait plus qui sera là ou pas, entre ceux qui sont venus au bureau, ceux qui sont en télétravail et connectés à distance, ceux qui sont absents… Où est donc passé notre cadre de travail ? Il y a urgence à se saisir de cette question, comme nous l’explique Catherine Destriteaux, associée fondatrice d’overthemoon.