Qu’il est bon de partager des valeurs !

Qu’il est bon de partager des valeurs !

PARTAGER

26 octobre 2016

Dans sa quête de mise en mouvement de Keolis lancé début 2013, Jean-Pierre Farandou, son Président, a opté avec détermination pour une méthode : celle de l’intelligence collective[1].

Je voudrais lui dire ici un grand merci. Il a compris que la réussite serait collective et collaborative, ce qui est au cœur des convictions que je porte.

Ce que je retiens de sa démarche, ce sont 4 des principes qui la guident :

  • un pilotage interne par une équipe dédiée, élément essentiel de la crédibilité du projet et véritable signe d’engagement de la gouvernance

  • la co-contruction, pilier incontournable d’une bonne architecture collaborative de l’organisation pour faciliter la conception de solutions crédibles pour le terrain.

  • la mise en action du terrain et des managers de première ligne. C’est la mise en œuvre des plans d’action du projet sur le terrain qui garantit le succès du déploiement d’un projet de transformation.

  • enfin, et c’est un élément majeur dans la réussite de ce type de projet, savoir concrétiser les avancées et donner du temps au temps. Les projets de transformation ne doivent pas être menés « tambour battant », mais doivent au contraire prendre le temps nécessaire à leur réussite. Le choix du rythme adapté, tout comme l’affichage des indicateurs de progression (Visual Management) sont déterminants.

56.000 personnes dans le monde unies derrière un but commun, c’est bien la preuve que lorsqu’un projet de transformation s’appuie sur des convictions et de vraies valeurs, il ne peut pas échouer.

Bravo, et merci pour l’exemplarité de votre démonstration.

Olivier Deroubaix

[1] http://www.lesechos.fr/supplement/20161003/directions_generales/0211328952779-comment-keolis-est-devenu-mondial-2031980.php

Newsletter

Prolongez la réflexion en vous abonnant à la newsletter overthemoon, le rendez-vous mensuel du collaboratif

Nos autres réflexions du moment
Idées
On a tous besoin d’un cadre de travail

Depuis la démocratisation du télétravail, c’est parfois la Bérézina dans les entreprises. Quand on organise une réunion, on ne sait plus qui sera là ou pas, entre ceux qui sont venus au bureau, ceux qui sont en télétravail et connectés à distance, ceux qui sont absents… Où est donc passé notre cadre de travail ? Il y a urgence à se saisir de cette question, comme nous l’explique Catherine Destriteaux, associée fondatrice d’overthemoon.