Nous sommes les passeurs de notre temps.

PARTAGER

15 mars 2022

Une tribune de Sylvie Faye, présidente des Editions Dalloz, des Editions Francis Lefebvre et des Editions Législatives.

Loin d’être une discipline poussiéreuse tournée vers le passé, le droit est une matière vivante qui est à la fois un témoin majeur de l’activité humaine et un outil fondamental pour l’organisation de la vie en société. Sur ce point, je ferai miens ces propos de François Ost, un philosophe qui a publié deux volumes de contes juridiques chez Dalloz : « plus qu’un système de normes, un montage de procédure, un agencement d’institutions, [le droit] est une représentation du monde, de notre monde, tel que nous voudrions qu’il soit. » A la lumière de cette citation, notre rôle, à nous éditeurs et formateurs spécialistes du droit, prend un tout nouveau relief. Nous n’assurons pas seulement la collecte et la diffusion de l’information juridique : nous contribuons à donner à voir et à comprendre le monde dans lequel nous vivons
Voilà une entreprise ambitieuse, généreuse, qui contribue à l’Etat de droit ! C’est la mission qui anime depuis toujours les maisons d’éditions de notre groupe en France, qui sont aujourd’hui rassemblées sous la bannière Lefebvre Dalloz… C’est la vision qui animait déjà Armand et Désiré Dalloz en 1824 quand ils ont signé le premier volume de la Jurisprudence Générale du Royaume, qui deviendra par la suite l’encyclopédie Dalloz. C’est aussi la mission qui animait Francis Lefebvre en 1884 quand il a organisé les premiers cours par correspondance pour présenter les concours de l’administration. Dans les deux cas, la même volonté d’être des passeurs de leur temps et de contribuer activement à l’Etat de droit ; la même force innovatrice également.

Et nous, gens de 2022, que faisons-nous de cet héritage ? Nous le faisons vivre, nous le faisons grandir, en misant constamment sur l’excellence au service de l’expertise juridique et sur l’intelligence collective, tant en interne, avec des équipes mues par la conviction de participer au contrat social, qu’en ouverture à travers des professionnels venus de tous horizons – avocats, magistrats, experts comptables, universitaires,… – témoigner des changements auxquels leurs pratiques sont confrontées. A mes yeux, cette intelligence collective n’est pas seulement un atout, c’est bien davantage le levier indispensable qui permet à Lefebvre Dalloz de continuer de mener à bien ses missions dans un contexte marqué par deux mutations profondes.

La première est l’inflation sans précédent de la matière à traiter avec désormais chaque année environ quatre millions de décisions de justice rendues par l’ensemble des instances judiciaires et administratives et pas moins de 36 000 entrées au journal officiel ; autant d’informations qu’il nous faut collecter, classer, indexer, filtrer pour en sélectionner les plus importantes et les plus intéressantes, commenter et enfin rendre facilement accessible. La seconde révolution est bien sûr celle des usages et des technologies. Nos clients attendent de pouvoir utiliser nos contenus intuitivement, directement intégrés à leurs outils métiers ; nos deux grands métiers sont ici concernés.
Un exemple récent d’intelligence collective en action s’inscrit précisément au carrefour de ces deux tendances de fonds. Il s’agit d’un outil d’aide à la rédaction de contrat de travail OPPUS, conçu en collaboration entre des étudiants de l’école 42 et notre rédaction sociale. Il permet aux équipes RH de nos clients de vérifier en temps réel la conformité des contrats en cours de rédaction avec les dispositions législatives et conventionnelles, sachant qu’il existe 450 conventions collectives en France, comptant chacune plusieurs dizaines, voire centaines de 100 données spécifiques qu’il s’agisse de taux, de coefficients, de ratios, de délais par exemple.De même, dans le domaine de la formation, la capacité de nos équipes à croiser les points de vue et les expertises a permis de développer rapidement des dispositifs de formation hybride qui ont débouché sur la naissance d’une véritable offre comodale permettant aux participants à distance de bénéficier d’une expérience de formation aussi immersive qu’en présentiel. Plus de 100 formations sont d’ores et déjà accessibles dans ce format innovant.

Parallèlement à ces innovations qui font l’usage de nos contenus, Lefebvre Dalloz mène également des démarches éditoriales novatrices. Sur ce terrain je tiens tout particulièrement à citer la collaboration avec Marlène Schiappa qui a donné naissance chez Dalloz à un ouvrage sur le droit des femmes face aux violences qui est un guide pratique qui permet à toutes les femmes de connaitre et faire valoir leurs droits pour se défendre et se protéger. Nous préparons actuellement une seconde édition qui abordera également par exemple, la question des hommes victimes de violence ou encore le sort des mineurs témoins. Avec ce type d’initiatives Lefebvre Dalloz signe ici sa volonté de contribuer à ancrer toujours plus le droit au cœur de la société en le mettant au service des défis de notre temps.

Newsletter

Prolongez la réflexion en vous abonnant à la newsletter overthemoon, le rendez-vous mensuel du collaboratif

Nos autres réflexions du moment
Idées
On a tous besoin d’un cadre de travail

Depuis la démocratisation du télétravail, c’est parfois la Bérézina dans les entreprises. Quand on organise une réunion, on ne sait plus qui sera là ou pas, entre ceux qui sont venus au bureau, ceux qui sont en télétravail et connectés à distance, ceux qui sont absents… Où est donc passé notre cadre de travail ? Il y a urgence à se saisir de cette question, comme nous l’explique Catherine Destriteaux, associée fondatrice d’overthemoon.