Le métier de « conseil » est mort. Vive le métier de conseil !

8 mars 2022

La lecture du livre Les Infiltrés,  qui suscite bien des remous aujourd’hui, nous a donné de notre côté l’envie de partager et défendre notre vision du métier de consultant.

Ce métier souvent décrié et mis à mal semble avoir perdu la confiance de beaucoup d’acteurs de l’entreprise au fil des dernières 20 années. Il est bien souvent devenu une commodité, perçu même comme un « mal nécessaire » ou « un faire-valoir ». Il a perdu de sa valeur ! 

Alors que ce métier devrait selon nous être reconnu comme celui d’un véritable « partenaire », à l’image d’un notaire « Juriste investi d’une mission… », d’un avocat « qui vous assiste, vous défend… conseiller naturel », le consultant est plutôt devenu un « fournisseur » dont on retient surtout le TJM, dont il est coutume de se plaindre, comme si l’on achetait là un « produit ».

Et pourtant…  Il s’est rapproché de la sphère du monde marchand.

À titre personnel, avant de fonder overthemoon, nos 3 destinées étaient loin de ce métier. Mais depuis que nous avons embrassé cette carrière (car c’est de l’amour !), nous nous amusons à dire que nous sommes tombés dans « la potion magique » du conseil. 

Et c’est de notre mieux que chaque jour, pleinement investis, nous tentons d’incarner collectivement ce métier qui est pour nous une profession avant tout de relation humaine, de création de valeur et de transmission. 

Car conseiller, c’est d’abord le fruit d’une rencontre. Donneriez-vous le volant de votre destin à un inconnu ? 

Notre métier impose en effet de gagner la confiance de nos clients et de tous les interlocuteurs avec lesquels nous agissons. D’être à leur service pour les faire réussir. Nous ne sommes pas des policiers, des juges, des dictateurs. Nous nous devons de tenir un rôle de « sparing partner » au service d’individus ou de collectifs qui doivent être fiers de leurs succès avant tout. Et nous sommes les garants de l’atteinte de ce succès.

Car, accompagner un client impose de savoir adapter en permanence nos méthodes. Construisez-vous la même maison que votre voisin ? 

Pour nous, il ne s’agit jamais d’imposer, de copier-coller. Notre métier, c’est de la haute couture. Comme la haute couture nous devons co-construire avec le client sa solution ad hoc. Celle qui lui correspond, celle qui le sublime, celle qui est devenue la sienne. Elle ne reste pas dans un livre qui tient le pied d’un bureau.

Car faire réussir, enfin, implique toujours de savoir transmettre. Rien de pire que de mettre des tuteurs aux arbres qui ne permettent pas aux branches de tenir par elles-mêmes. Chez overthemoon, nous mesurons notre réussite à la capacité du client à s’approprier et gagner sa pleine autonomie le plus rapidement possible. Il est pour nous indispensable d’intégrer cette prise d’autonomie dans la solution que nous  co-construisons avec nos clients.

Comme l’éducation, qui voit des enfants et des parents questionner les pédagogies, comme la santé où les patients aspirent à de nouveaux rapports au monde médical, le métier du conseil voit aujourd’hui ses clients plus matures. Ils sont mieux informés et ils ont su développer des réseaux qui leurs permettent de progresser très vite. Et c’est tant mieux !

Alors, à nous, consultants, de savoir toujours inventer un métier qui redéfinit notre création de valeur… et éviter l’ornière du marchand pour être vécu comme un accompagnant, un partenaire de la réussite.

Par Florence Cathala, Catherine Destriteaux, Oliver Deroubaix, fondateurs associés d’overthemoon.

Sources :

www.notaires.fr / www.avocat.fr

Nos autres réflexions du moment
Idées
RSE : QUELS RÔLES POUR LES DIRCOMS ? (2ème épisode)

Le 30 juin dernier, le Cercle Dircom s’est à nouveau confronté à la double question de la place de la RSE dans l’organisation et du rôle RSE des Dircoms. Question complexe, tant RSE et Communication ont partie liée sans pour autant se confondre.